Mimi et les ancolies – FitFood Blog
Allgemein

Mimi et les ancolies

Les lecteurs qui me suivent sur ma page Facebook ont l’habitude de voir publier les photos des animaux qui je côtoie dans mon quotidien. Mimi, petite chatte abandonnée, en fait partie.

Elle a élu domicile il y a deux ans chez mes voisins qui l’ont recueillie de suite. Elle était toute jeune, un peu perdue, maigre, sans collier, sans tatouage. On ne connaîtra jamais l’histoire de sa naissance. Les matous de la campagne avoisinantes ont vite craqué pour ses beaux yeux jaunes. Et naturellement l’été dernier, elle a mis au monde une adorable minette aux yeux bleu turquoise, Virgule. A notre arrivée dans notre nouvelle maison, elles se sont mises à squatter notre grange et les bottes de paille qui jonchent notre jardin.

Depuis un mois, nos voisins ont quitté le petit hameau pour emménager dans une nouvelle maison qui se situe au bord d’une route passagère, présentant trop de risques pour elles. Et puis, les sauvageonnes sont bien trop habituées à la chasser les souris dans l’immense prairie qui nous entoure ! D’un commun accord et avec joie, l’homme-ours et moi sommes devenus leurs nouveaux maîtres. Dimanche en fin d’après-midi, tandis que je partais cueillir des asperges des bois dans la forêt accolée à notre jardin, Mimi a commencé à me suivreau trot, comme un chien…

De temps en temps, elle faisait des pauses dans cette grande allée verdoyante ponctuée d’ancolies. Ces fleurs, communes dans les jardins, poussent spontanément dans les forêts claires à sol calcaire. Comme beaucoup de Renonculacées (aconit napel, anémone sylvestre, bouton d’or, ficaire…), l’ancolie est très toxique (même pour les animaux). Autrefois utilisée pour ses vertus prétendues aphrodisiaques, elle est aujourd’hui utilisée à des fins ornementales. En observant la forme étonnante de ses pétales recourbés et ses longs sépales pointus, on comprend pourquoi elle est surnommée “clochette”.

Mimi m’observait en train de photographier la fleur et naturellement, elle faisait de même… C’était adorable. Et dès que je posais mon panier par terre pour cueillir quelques asperges des bois, elle se glissait dedans avec nonchalance et regardait mon objectif en clignant des yeux. Si j’avais voulu la forcer à le faire, cela aurait été bien entendu impossible !

Il était presque 20 heures, il fallait rentrer. Pour gagner du temps et parce que j’avais envie de profiter encore du soleil, j’ai coupé à travers champs. Face à moi, un spectacle singulier, celui des orges qui ondulaient au gré du vent. A cet instant, j’étais animée par un sentiment assez partagé. J’aimais me retrouver au milieu de cette mer végétale, à écouter le susurrement des céréales qui me soufflaient leurs secrets…

… mais en observant le sol, je constatais qu’aucun insecte n’était présent. Aucune vie. J’ai pris mon temps, je me suis mise à ras le sol et je l’ai scruté un moment avant d’arriver à cette triste constatation. Heureusement Mimi, toujours là, a continué d’enchanter ma balade en se glissant à nouveau dans mon panier. J’ai supposé qu’elle était fatiguée. Alors, je l’ai portée ainsi, panier dans mes bras, pour qu’elle observe comme moi l’horizon doré qui se profilait devant nous…

Mimi et Virgule ont trouvé une famille d’adoption, qui les aime, les nourrit et les protège. Cette histoire simple, issue de mon quotidien, doit parler à tous ceux qui font de même avec les animaux qui se trouvent un jour sur leur chemin. Ce billet est l’occasion aussi pour moi de vous parler d’une triste affaire qui a défrayé la chronique chez nous dans le Berry : une trentaine de bichons vivant dans des conditions inimaginables. Ils sont désormais sauvés, grâce à la SPA du Cher et au refuge de Beauregard de Nevers. D’ici quelques temps ils pourront être adoptés et retrouver, je l’espère, une vraie famille. N’oubliez pas les autresabandonnés pour autant, ils attendent depuis trop longtemps…

Previous Article

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *