Courges, pommes de terre et panais rôtis – FitFood Blog
Plats

Courges, pommes de terre et panais rôtis

C’est la pleine saison des courges et comme chaque année, on réalise nos éternelles recettes de soupes, gratins et frites. Comme chaque année, les enfants sont émerveillés devant les formes cocasses et les couleurs chatoyantes de ces légumes. Et comme chaque année, ils font la moue devant leur assiette orange… “C’est sucré ou salé ? Pouah, c’est trop farineux, j’aime pas !” Cette fois-ci, je me suis décidée à leur faire aimer les courges en leur concoctant un plat bien caramélisé et en y ajoutant pommes de terre et panais (des valeurs sûres)…

Au Biocoop de Bourges, il faut dire qu’il y a le choix. Butternutcourge muscadepatidou(ou sweet dumpling), pâtissonpomme d’orpotiron vert d’Hokkaïdo (ou potimarron vert Kabocha), sucrine du Berry, courge spaghetti ou potimarron… Avez-vous autant de choix en supermarché conventionnel ? Je ne crois pas !

Les courges ont toutes un point commun, leur chair sucrée, mais côté texture et notes aromatiques, elles sont assez variées. Dans ce genre de plat, il est assez amusant de les goûter et les comparer. Saveur de châtaigne, de pomme de terre, de carotte, de navet boule d’or ou d’orange, texture farineuse, moelleuse ou humide, il y en a pour tous les goûts ! Vous le savez peut-être mais il n’est pas nécessaire d’éplucher le patidou (la petite courge rayée de vert et de blanc) et les potimarrons (orange ou vert, issu de variétés japonaises appelées Kuri-Kabocha). Petite anecdote, j’ai toujours pelé la butternut et cette fois-ci, je ne l’ai pas fait, juste pour voir. Eh bien, contre toute attente, la peau est devenue fondante, comme celle d’un potimarron. Pour les autres courges, comme la pomme d’or, il convient de les peler car elles restent relativement coriaces.

Ce que j’aime de plus en plus faire, ce sont des plats rôtis au four… Ils peuvent se transformer en de magnifiques tableaux culinaires que l’on dévore également des yeux.L’esthétique en cuisine, c’est essentiel, surtout pour les recettes campagnardes qui sont facilement atteintes du syndrome dit de “la gamelle de chien” ! . En orchestrant joliment ce camaïeu de courges, de pommes de terre et de panais, vous prendrez du plaisir à le faire. Une branche de thym par ici, quelques feuilles de sauge par là… Selon les recettes, on est parfois contraint de mélanger les légumes pour assurer une cuisson et une caramélisation homogènes (comme pour la ratatouille au four). Dans cette recette, il y a une astuce qui permet de ne pas brouiller le beau tableau que vous vous êtes appliqué à créer.

Couvrez le plat d’une grande feuille de papier aluminium, faites cuire pendant 1 heure 15, retirez ensuite l’aluminium et poursuivez la cuisson 1 heure de plus. Vous obtiendrez un plat parfaitement cuit et caramélisé, sans avoir été obligé de tout défaire. L’autre astuce, pour donner de la brillance, c’est de faire pencher doucement le plat au moment de servir pour récupérer tout le jus de cuisson. Prêt à passer à tabler, arrosez les légumes avec cette sauce dorée et servez sans attendre.

Enfin, petite touche finale, mais essentielle pour ce genre de plats, c’est l’assaisonnement(Frédéric Anton, sors de ce corps !”). A mi-cuisson, on ajoute de la fleur de sel et en fin de cuisson, un peu de sel fumé (un salish, un halen môn ou un Hogajima). Et bien entendu, un poivre de qualité, fruité et moyennement relevé, comme un long de Java ou un Sambirano de Madasgacar (je vous le conseille).

Au final, les adultes ont adoré le plat, mais pas les enfants qui ont largement préféré les pommes de terre, les panais et le jus. Ils ont tout de même goûté à chaque variété de courges, c’est déjà ça de pris non ?!

Ingrédients pour 6 personnes : 1,5 kg de courges variées (sucrine du Berry, potimarron, patidou, pomme d’or, butternut…) – 400 g de petites pommes de terre à chair ferme – 2 panais – 2 têtes d’ail (une douzaine de gousses) – 50 ml d’huile d’olive – 3/4 branches de thym – 3/4 branche de sauge – poivre noir fruité – sel (fumé)
Temps de préparation : 40 min
Coût : raisonnable
Niveau : facile

1. Lavez les courges dont vous n’éplucherez pas la peau. Pelez celles dont le peau est coriace. Fendez-les en deux puis en quatre (soyez prudent). 

2. Retirez les graines à l’aide d’une cuillère à café. Coupez la chair des courges en gros cubes, en tranches, en lamelles, au choix.

3. Lavez et brossez les pommes de terre. Fendez-les en deux dans le sens de la longueur.

4. Préchauffez le four à 180° C. Épluchez les panais, rincez-les et détaillez-les en rondelles.

5. Pelez les gousses d’ail.

6. Disposez tous les légumes dans un grand plat à gratin. Ajoutez l’huile d’olive, le thym, la sauge et un verre d’eau.

7. Couvrez le plat avec un papier d’aluminium et enfournez pour 1 heure 15. Salez à mi-cuisson.

8. Retirez le papier d’aluminium et poursuivez la cuisson pendant 1 heure à 150° C.

9. Sortez le plat du four. Salez, poivrez. Basculez le plat au-dessus d’un bol pour récupérer le jus de cuisson. Arrosez-le avec au moment de servir.

A savoir : préparez ce plat la veille en le faisant cuire comme indiqué à l’étape 7 et en le laissant dans le four toute la nuit. Le lendemain, procédez à l’étape 8. Les légumes seront encore plus fondants et plus parfumés.

Previous ArticleNext Article

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *